Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 10:27
Attention, cet article contient des spoilers de la saison 2 et 3.


4 ans dans l'espace, faut les occuper les militaires. Il y a les jeux de cartes, les salles de sport, les câlins sous la douche, les prises d'otages et il y a les échecs.
On en voit un bel exemple dans un de mes 130 épisodes préférés : 306, Torn.
Tout le petit monde vient de rentrer de New Caprica. Ca s'est pas top top bien passé, faut avouer. Pas un pet de verdure, faisait que flotter, les Gentils Organisateurs étaient super pas sympas et leurs activités étaient un peu dangereuses, un vrai coup à perdre un oeil !

Bon an mal an, après quelques coups d'airlock, hop, tout le monde va faire la paix dans le mess des officiers. Ou presque : il y a toujours les gâcheurs rancuniers genre Starbuck (comme si se faire torturer psychologiquement par un cylon pouvait être une excuse au mauvais esprit) ou Tigh (perdre un oeil et buter sa femme c'est pas non plus une raison pour faire tout le temps la tronche hein).

Autour d'une table, ça papote ça papote. Et là, la gaffe, pouf, y a quelqu'un qui appelle Number 8, Boomer. "Mais je suis pas Boomeureuh !" proteste la douce Grace Park. "Je suis un autre cylon, oui, un autre cylon !" Alors son mari, qui est un tout petit peu l'homme le plus classe de la flotte, le plus beau et le plus intelligent; le plus gentil et le plus beau, propose qu'on lui trouve enfin son ptit nom à elle. Ca fuse de tous les côtés, quand Hot Dog, un peu plus vif que les autres (pour une fois) propose Athena (prononcer Acina).
Capture de la Sorcière pour l'exposition.


Comme elle est super modeste, Sharon accepte et elle est contente.

Mais si comme nous, vous n'avez pas d'yeux que pour la nouvelle Athena ou son époux, et que vous avez suivi depuis le début; il fallait remarquer au centre, sur la table, un truc mega beau : le Caprican Chess.

Caprican Chess en situation : les jaunes mènent par deux petits bidules + 1 moyen bidule.

Il n' y a pas de règles livrées avec et on a beau se creuser la tête, nous ne voyons pas comment ca peut être jouable, les figures comme les pions étant  tous de la même couleur !  Il y  bien deux rois (ou reines), deux tours, deux cavaliers,  un nombre pair de pions mais impossible de différencier un camp de l'autre !
Donc à moins qu'un joueur parte avec les jaunes (et donc toutes les figures ou presque) et l'autre avec les blancs (tout le  reste), ça paraît difficile !

Les pièces sont des pièces de récup'. On imagine tout à fait les passagers du Galactica rechercher dans le hangar des pièces adaptées ! Certaines possèdent des petits coussinets destinés à les stabiliser. Toutes brillent à tel point que c'en est hypnotisant !










Le plus rigolo, c'est le plateau : un miroir découpé en hexagone sur lequel un ptit lutin a patiemment collé des morceaux de scotchs découpés et pour les cases et pour les lignes. C'est des fadas.
Complètement fadas comme dirait Serge. Des tapés du bulbe de perfectionnisme !

Et voilà un des objets les plus impressionnants de l'expo ! Côté loisir, y a aussi le Pyramid Game mais ça fera l'objet d'un traité de 4 pages qui sera mis en musique par Bear et interprété par Felix. Si vous n'avez pas envie de patienter en attendant ce chef d'oeuvre musical, vous pouvez cliquer ici et aller lire la Sorcière qui saute partout devant sa balle gentiment prêtée pour l'exposition !
Toutes les photos comme d'habitude :  Caprican Chess en détail.

Repost 0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 07:31

Sous vos yeux ébahis, Raphaël, le meilleur libraire de la Terre, inaugure aujourd'hui sa rubrique hebdo/quotidienne/suivant l'humeur. Vous trouverez désormais ici ses coups de cœur, les trucs « bien mais pas top »  et comme nous sommes des libraires grave courageux, sans doute aussi les « mais c’est quoi cette daube ? ». Pour cette dernière catégorie, on ne dira du mal que des auteurs étrangers pour ne pas risquer de se faire péter les dents.

Je cède la place au Maître. (Qui a dit là-bas au fond : "c'est pas trop tôt !" ? )

 

KUSHIEL - Jacqueline Carey

Deux cycles de 3 ouvrages.

En cours de parution en France : 2 volumes chez Bragelonne.

Tome 1 : "La Marque", résumé éditeur : 

Phèdre nó Delaunay a été vendue par sa mère alors qu’elle n’était qu’une enfant.

Habitant désormais la demeure d’un haut personnage de la noblesse, pour le moins énigmatique, elle y apprend l’histoire, la théologie, la politique et les langues étrangères, mais surtout... les arts du plaisir. Car elle possède un don unique, cruel et magnifique, faisant d’elle une espionne précieuse et la plus convoitée des courtisanes.

Rien ne paraît pourtant lui promettre un destin héroïque. Or, lorsqu’elle découvre par hasard le complot qui pèse sur sa patrie, Terre d’Ange, elle n’a d’autre choix que de passer à l’action. Commence alors pour elle une aventure épique et déchirante, semée d’embûches, qu’il lui faudra mener jusqu’au bout pour sauver son peuple.

 L’histoire prend place dans une Europe alternative de type Renaissance.

La 1ère partie met en place cette civilisation particulière et ses intrigues, riches et complexes, tout comme ses protagonistes ; cette phase est déjà passionnante et est servie par un style magnifique. On y fait connaissance de Phèdre no Delaunay au cours de son apprentissage  de courtisane et d’espionne au sein de la maison d’Anafiel Delaunay, noble impliqué dans les intrigues de la cour royale ; à celles-ci se mêleront les machinations de la Cour de la Nuit et de ses maisons du plaisir. On y découvre aussi Joscelin Verreuil, moine guerrier de l’ordre des Frères Cassilins, le virginal combattant parfait tenu de protéger Phèdre la parfaite courtisane… On y croise aussi Hyacinthe le tsingani, ami de Phèdre et "Prince des voyageurs".

 La 2ème partie rajoute à l’aspect politique et diplomatique un souffle véritablement épique. On y découvre d’autres pays, d’autres civilisations et personnages hauts en couleur : les barbares de Skaldie, les Pictiis d’Eire et d’Alba, le Maître du Détroit.

 

                  Vous l’aurez compris on évolue dans un univers extrêmement riche, reposant sur de solides bases historiques. Qui plus est, le roman est dense et narré avec un grand talent ! Tout y est : intrigues politiques, intrigues de Cour, de l’action, des envolées épiques, de nombreux rebondissements.

 La mention "fantasy érotique" a été employée à propos de Kushiel mais elle est loin de définir ces ouvrages ; il y a quelques scènes, très finement traitées, qui ne sont jamais gratuites et servent l’histoire avant toute chose.

 

L’avis subjectif et totalement partial : CHEF D’ŒUVRE , à lire absolument !!  "La Marque" fait partie de ces rares livres qui vous arrachent des frissons et vous mettent les larmes aux yeux.

Et bien que la barre soit placée très haut avec ce premier volume, "L’Elue" en est la digne suite.

 


Repost 0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 22:48
Attention : cet article contient des spoilers de toute la série. Tous les articles contenant des spoilers seront signalés désormais par un Cylon.
Vooom.

Dans la continuité de la veste de Simon, on s'arrête encore une fois sur les gros bobos. En prenant les photos, je me suis rendue compte du nombre d'objets présentant un point commun : mais pinaise, ils nous ont tout salopé nos props ! serait-il qu'il y a souvent des blessés au cours de la série rapport à tout ce sang ?

On va faire chronologique, ce sera plus simple et vous pourrez arrêter de lire quand la scène ne tiltera plus. Avé plaisir !

Episode 307 : A measure of Salvation
Souffrance et moooooort ! Muhahaha ! Un basestar Cylon est salement infecté par un virus et Jeff Goldblum n’y est pour rien. Baltar non plus pour une fois. Mais ça, D’Anna la Guerrière a du mal à le croire. Alors elle va lui chicoter un peu les pieds d’abord pour le faire avouer que tout est sa très grande faute. Raté. S’il y a un truc que pratique bien Baltar, c’est la négation. Alors elle force la dose et l’électrocute un peu plus fort. Mais Baltar se rit de la torture.


Vexée, Number Three sort un bitoniau. Et si vous allez souvent chez ikea, vous avez super peur quand vous entendez le mot bitoniau.

Et pof, le bitoniau dans l’oreille. Ca le fait pas plus avouer notez mais ça salit son pyjama ! C’est pourquoi il ne faut pas utiliser des coton-tiges cylons les enfants !
Le truc derrière le über costume, c'est un Totoro géant.


Episode 309 : Unfinished Business

C’est l’épisode qu’on aime ou qu’on aime pas. Sachant que si on aime pas, on a mauvais goût.
En résumé : tout le monde tente de péter le nez de tout le monde parce que la digestion de New Caprica laisse quelques acidités en bouche.
Parmi les combattants, la teigne des teignes. Celle qui a pilé Kara. Ouech. On vous présente Kat, qui met les dents de Racetrack en kit (haha, i’m on fire).
"Pan ! Mange ça !" dit la capture de la Sorcière.

Et on a les preuves. Y a le sang sur les gants. Quelques gouttes sur la tartine de phalanges.

Cette affaire de gants, ça nous ramène au travail des techos encore une fois ! Mais pour cela, rendez vous plutôt : sur l'article de la Sorcière sur ses gants, avec toutes les photos qui vont bien !

Episode 316 : Dirty Hands

Ce pauvre bichon de Danny Noon. Souviens-toi, public oublieux, du Guy Moquet de la flotte ! Souviens-toi de cet ado dont le bras a été sacrifié à la cause ! 16 ans et manchot. Padbol. C'est avec ce bras que le Chief Tyrol prend une claque  (haha) et se rappelle d'un coup qu'il était du côté du peuple sur New Caprica, pas à la solde des dirigeants.
Ben le costume de Danny, il a méchamment morflé. Déjà, on observe avec quelle application les costumiers l'ont recouvert de crasse. Y en a partout. En même temps, propre comme un sou neuf dans un vaisseau usine, c'eut été louche.
La poitrine n'est pas d'origine, je rassure. Il n'y avait pas de mannequin/cintre homme. Enfin si mais sa tête était super flippante donc on a passé.
Enfin bon, toujours est-il que Danny l'avait sans doute bien cherché à laisser traîner des saloperies partout, y compris dans ses poches. Et oui ! Dans les poches du costume, il y avait les gants d'ouvrier, logique, et puis les cadavres de barres chocolatées englouties par Bryce Hodgson entre deux prises.
Deubeulshotcombo coup de bol bis : dans les poches, il a aussi laissé son script. Hiiiiiiiiiiiiii !!!! Un vrai script utilisé par un acteur de Battlestar Galacticaaaaaa !!!!

Webisodes entre 4.0 et 4.5 : The face of the enemy

Ca nous paraissait une évidence ces webisodes mais avec le temps et les commentaires au magasin, nous nous sommes rendus compte que beaucoup de spectateurs ignoraient l’existence de ces épisodes entre saisons. Et ben permettez-moi de vous dire que c’est trop une honte. Manifestement, il y a un souci côté comm’ chez Syfy.
Topo :
Il y a eu trois salves :
- Entre la saison 2 et la saison 3 : Résistance, qui met en lumière la vie quotidienne sur New Caprica.
- Entre la saison 3 et la saison 4 : une grosse partie s’est retrouvée dans la version longue. Sauf le premier épisode. Ce qui est ballot parce qu’on y apprend l’origine de "Then get your gun, and bring the cat in."
- Et celui qui nous concerne.
Donc là, je branche l’alarme à spoilers. WIHOUWIHOUWIHOU !

Rappel : Gaeta est coincé dans un Raptor avec une jambe en moins et deux Eight. Et d’autres gens. Qui meurent. On sait pas pourquoi. TADINDIN ! Gaeta morfle un peu vu que l’amputation s’est mal passée, le moignon est infecté beurk. Heureusement, son amoureux lui a filé de la morphine pour calmer la douleur sauf que c’est pas de la morphine mais de la morpha, un terme inventé par la prod pour la série. Ce qui explique sans doute pourquoi ça marche pas sur Felix d’ailleurs.                                                                        Capture de la Sorcière pour l'exposition.

Le morpha kit on ne le voit pas beaucoup mais il a force de symbole et de leitmotiv. Trempé du sang de ses coraptoreurs, Felix le serre plus fort qu’un catholique mourant s’accroche à sa Bible.
On admirera là aussi le sens du détail. Les coins coupés et le texte sur les étiquettes. Le sang frotté mais pas aspergé. Tout est là !
La classe quoi. Et ces webisodes qui éclairent tellement la saison 4.5, on vous jure qu’ils ne seraient pas pareils sans ce Morpha Kit. Rhaaaaaa !

Et voilàà ! Promis, ne vous faites pas de mauvais sang (bon, faut arrêter les astuces pourries maintenant), demain on tente de trouver un truc gai et entraînant. Genre une interprétation de la BO au ukulélé par un Anglais chauve en kilt.
Ou pas.

Repost 0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 00:01
Cet article est spoiler free. Si vous avez vu la saison 2. Mais tout le monde a vu la saison 2 nan ? Si. Parfait !


Une des curiosités les plus chouettes de l'expo (même si tout est très chouette dans l'expo bien évidemment), c'est la veste de Simon. La foule perplexe demande qui est Simon. Ce qui prouve que vous ne suivez pas la série. Simon, c'est le Cylon toubib pervers tortionnaire. Son numéro, c'est le 4. C'est le cylon chair à canon par excellence, un peu comme Doral. On les voit le plus souvent morts en arrière plan !

Mais il a eu son heure de gloire Simon, dans l'excellent épisode 205, The Farm. Il soigne cette brave Kara qui passe son temps à roupiller. Il est même plutôt cool avec elle, vu qu'elle est un peu revêche et qu'elle est chouine tout  le temps sur Anders qu'elle croit mort (Kara est parfois un peu sotte), bref, faut se la farcir comme patiente. En plus, super sympa comme tout, il lui retire même un ovaire qui l'encombrait. Et voilà comment elle le remercie.
Capture de la Sorcière pour l'exposition.

C'est la première mort de Simon. Celle qui tache la blouse de la patiente Kara Thrace. La blouse qui est à l'exposition. Incroyable comme le monde est petit et comme les coïncidences troublent !
On observera une vraie science de l'usage du flash.

Je vais arriver au vif du sujet, promis ! Kara court court court court, dans sa petite tenue d'hôpital sur laquelle elle a jeté négligemment un petite veste pour faire plus chic, met le feu aux usines à ponte, et se retrouve nez-à-nez avec un autre Simon, mais celui-ci délaisse la blouse de toubib pour une tenue plus casual garden party entre Cylons sur Caprica. Kara flippe mais tadaaaaaaaam, les héros arrivent et butent l'horrible Simon. Bien fait ! Une telle faute de goût côté cravate mérite de toute façon un châtiment à la hauteur du crime. Gisant sur le sol de Caprica, le v'la tout mort.
Capture de la Sorcière pour l'Exposition.

Cette fois-ci, c'est la bonne, c'est LA veste de l'exposition, le sujet du gros-plan du jour.

C'est donc une veste qu'on nomme "bloodied and distressed". Et elle est certes bien les deux !  Beaucoup de poussière, bien incrustée en plus, sur cette veste fabriquée et achetée sur place au Canada (c'est écrit sur l'étiquette, je n'invente rien) et de grande taille. Simon, c'est une sacrée baraque !

Ce qu'on voit d'abord, ce sont évidemment les deux cents litres de liquide poisseaux rouge à forte contenance en sucre, comme en témoigne le  lustre des giclettes.
Dans la vitrine du magasin, à Toulouse, ville dont le froid polaire est devenu proverbial n'est-ce pas, ça colle bien bien. Un miracle qu'on ne soit pas envahi par les abeilles.

A chaque chose malheur est bon, comme le disait un des contes baltes berçant mon enfance. Ce collant a permis de fixer du sol de Caprica sur la veste. Du gravier quoi !
Vous chépa mais nous, quand on voit un bout du sol de Caprica, on a beau savoir que c'est sans doute du sol du Canada, ça fait quand même quelque chose.  Oui nous nous émeuvons d'un rien mais c'est Battlestar Galactica quand même !

Rhalalalalalala, le plus beau, c'est quand même de découvrir la surprise du chef à l'intérieur de la veste.

Il a fallu tout décoller dooooouuuuuucement, tellement il y avait de sang. Logique, c'est là que sont positionnées les poches de  liquide que quelqu'un (l'acteur ?) est chargé de détonner au moment fatidique. Il restait même les fils et la pince pour les accrocher !

Vaut mieux pas se louper a priori vu l'état de la veste après. Même avec du rechange, ça doit être oune poco les boules si tu dois retourner te nettoyer pour tout refaire péter ensuite bien raccord.

Et voilà à quoi ressemble un costume de mort violente. Et par là-bas, vous pouvez voir toutes les photos, y compris celles des trous de balles (hihi) zappés dans ce gros plan. Ce qui est une honte, convenons-en !
Repost 0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 07:21
Attention, cet article contient des spoilers du final de la série. Plein de spoilers gluants. Tous les articles contenant des spoilers seront signalés désormais par Saul Tigh.

De toute la série, l'image la plus surprenante restera sans doute celle de Kara Thrace qui cuisine. Et surtout, que personne ne meurt à la suite de cette expérience. Mais bon, Zak aurait bien du se douter que c'était typiquement le genre de trucs qui annoncent l'Apocalyse aka The Fall.
Remember, remember ! (the 5th of november)
Capture de la Sorcière pour l'exposition.
420 Daybreak, part I

Il fallait immortaliser l'instant, le rendre palpable parce que personne n'allait y croire à Kara dans sa cuisine. Alors la cuisine est complète, presque rangée mais suffisamment bordélique pour que ça fasse vrai. Et on y ajoute un détail qui rend enfin l'idée que THE Starbuck fasse la popote crédible : le livre de cuisine ouvert. Vous le voyez ?

10/10 pour mes skills sous paint.

Et bien même ce livre de cuisine, ouvert, vu rapidement dans un flashback de Daybreak, il a été soigné. Incroyablement soigné même !
En vrai, il s'agit d'un livre existant, recouvert par le production d'une fausse couverture :

C'est rigolo parce qu'en vrai, le premier correspondrait plus à l'image que je me fais de la cuisine sur Caprica avant la Chute. Ultra moderne, rapide, un peu über en fait. Que Kara possède un livre de cuisine appelé "Your mother's garden" de popote familiale, quand tu vois le genre de mère qu'elle a et ses rapports avec elle, c'est soit que c'est ironiquement triste, soit que le livre est un héritage de la maman de Zak Adama.
Bref.

Passons maintenant au détail vraiment rigolo de ce bouquin : les noms sur la couverture et le 4ème de couverture (ce que les gens appellent "le dos" alors que les libraires prétentieux comme nous, on sait bien que "le dos d'un livre" c'est ce que vous appelez vous "la tranche").
Penchons-nous donc :
Et bien les noms de l'auteur du livre et ceux des critiques culinaires dont nous trouvons la prose sur le 4ème, sont ceux de personnes existantes dans la vraie vie de tous les jours.  Si ! J'vous juuuure madame ! Et comme je connais trop par coeur les crédits de tous les épisodes de Battlestar Galactica, même pas je me réfère à la Baïbeul : le wiki Battlestar pour le prouver.

- L'auteur Forest Sala : c'est le coiffeur hair stylist de la série.
- Critique n°1 Douglas McClean : Art director.
- Critique n°2 Rosemarie Martin : accounting clerk.
- Critique n°3 Lynn Snedden : art coordinator.

N'est-ce pas adorable de rendre hommage à des gens de l'ombre de la série de cette façon ? D'immortaliser leur présence par ces petits clins d'oeils ?
Les décorateurs et accessoiristes sont coutumiers de ce genre de cadeaux. En fouillant un peu dans les archives des enchères Propworx vous trouverez quelques uns des ces livres attribués à des auteurs fictifs/membres de la production. Lynn Snedden cumule les mandats : son job de critique culinaire ne payant pas assez, elle y a rajouté l'écriture d'un traité sur la guerre. On retrouve aussi fréquemment Ivana Vasak qui s'avère être responsable du design de bien des pièces du Galactica. Nous aurons l'occasion de parler de son travail un peu plus tard !

N'oublions pas de mentionner que bien sûr, le livre de cuisine de Kara a bénéficié de la BSG touch des coins coupés !
L'intégrale des photos, c'est comme d'habitude par ici : Miam ! Miam !
Et nous avons ajouté à l'album général de l'exposition quelques photos des vitrines de nuit. C'est encore plus joli et c'est toujours au même endroit !
des enchères Propworx
Repost 0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 20:12
Attention : cet article contient des spoilers de la fin de la saison 3 et de la saison 4. Tous les articles contenant des spoilers seront signalés désormais par Kara Thrace.

(C'est elle Kara. Je précise, au cas où.)

Vous vous rappelez certainement la vision de l'Opera. Mais siiiiiiiiii ! L'Opera ! Et les gens qui se voient dedans ! La prophétie qui commence à la fin de la saison 3 dans l'Episode Crossroads ! Hiiiiiiiiiiiii !!!!

Boomer Hard Eight Athena Sharon Valerii Sweet Eight Sharon Agathon et la Présidente coursent la petite Hera dans les couloirs écarlates. En vain. C'est qu'elle est rapide la pitchoune (ou elles sont trop vieilles).


Bref, une scène centrale de la saison 4, un gros morceau cette vision de l'Opera.
Cette petite fille qui court est sublime, étrange comme du Lynch, elle fait un peu peur pareil d'ailleurs. Toute sapée comme pour un baptême ou un mariage, sanglée dans cette jolie petit robe.
C'est joli la petite étoile sur l'étiquette de Propworx.

Il y plusieurs couches de ce voile doré, c'est un vrai beau drapé. En dessous, une chemisette en velours moumoutte bizarre, avec des manches très travaillées. Vu le nombre de couches et les tissus employés, sous les projos, la petite Lily devait avoir bien chaud à courir partout couverte comme ça !


Et on constate avec émotion qu'un bébé, tout espoir de l'humanité qu'il soit, et ben ça gère sa vie un peu comme il veut. La gestion de vie, ça inclut de choisir les meilleurs moments de rendre son repas, si possible sur la robe qu'un costumier a mis dix heures à assembler, ou de bavouiller allègrement sur l'épaule de Tata Six ou Tonton Baltar, qui l'accueillent dans leurs bras à la fin de cette vision prophétique troublante. Je donnerais cher pour voir les épaules des costumes des adultes participant à cette scène !

Rhaaaa, elle en a eu de la chance notre arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère d'avoir  eu des anges gardiens comme ça !


Merci à La Sorcière pour les caps !
Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 19:26
Aujourd’hui, nous continuons la série des "Koiya dans le truc qu’on peut pas toucher mdame ?" avec un de mes morceaux préférés : le Demand Peace propaganda leaflet. Parce que mine de rien, dans cette flotte à la poursuite d’une terre qu’ils ne trouvent pas plus qu’un raccourci fameux, il y a des gens qui commencent à trouver ca fatiguant de faire la route avec des Cylons belliqueux collés au popotin de leur vaisseau. Alors ils réclament la paix. Oui. La paix. Avec les Cylons.  N’importe quoi hein ?
On est d’accord.
Et plus important : on est d’accord avec Tigh qui se moque ouvertement de la littérature de ces hippies.
(Battlestar Galactica, 213, Epiphanies)
Traduction VF approximative de la réplique de Saul : "Ahaha, ils sont graves !"

Vous revoyez la scène en gros. On le voit un peu beaucoup le leaflet, il est distribué aux éminences de la  flotte, que cette rébellion inquiète plus ou moins malgré la poilade de Tigh. Pour autant qu'on le sache, sur la brochure dont il nous fait la lecture, il pourrait y avoir l'intégrale des paroles de Joe Dassin ou la liste des courses d'Ellen sur Caprica.
Et ben non.

Déjà, le leaflet, il a la classe, avec ses couleurs qui rappellent forcément les mouvances anarcho-communistes, prônant l'action directe comme on dit.
Coïncidence ? Sans doute pas dans la mesure où les mecs de Battlestar Galactica, côté politique, ils n'ont pas l'air inculte.

Tout comme le symbole de l'homme qui vole rappelant étrangement le symbole "Peace & Love" mais à l'envers. Dingue comme les petites choses sont parlantes.




Et comme d'habitude, le bonheur vient du détail. Dans cette brochure, il y a aussi tout un texte de propagande, sur le modèle des habituels tracts politiques que l'on retrouve dans nos boîtes aux lettres une fois par an. Un vrai texte. Qui dit qu'Adama Père c'est quand même un gros boeuf bourrin et que la seule alternative viable pour l'Humanité, ce serait de toper là avec les Cylons.
Intérieur du dépliant. Le truc qui brille, c'est l'autocollant Propworx qui authentifie l'objet comme original.


Après ces trois pages, on en retrouve deux autres au verso. Celles-ci expliquent pourquoi l'action est devenue vitale maintenant que les mots ont échoué, les leaders de la flotte souffrant d'une légère surdité dès qu'il s'agit d'entendre l'opinion du petit peuple. Les auteurs expliquent aussi la nécessité des sacrifices personnels (et un peu vitaux) pour le Greater Good. En gros, pour que les vieux écoutent, faut tout faire péter. C'est parti !
Vous aurez déduit qu'il s'agit de l'autre côté du même dépliant.

Alors Colonel ? Ca te la coupe pas qu'ils se foulent autant pour Battlestar Galactica ?
Et si vous voulez tout voir en détail ou apprendre le texte par coeur, c'est toujours par là !
Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 11:40
Parfois, quand on enchérit sur un objet, on a de mauvaises surprises et parfois d'excellentes. Les propriétaires du classeur du Pegasus avaient fait le pari de l'excellente : oui, ce classeur contient de la paperasse, non on ne la voit pas mais on espère que ce sera chouette. Ils ont eu mille fois raisons.

Au delà de la joie évidente d'avoir un objet qui se baladait dans le CIC du Pegasus lors d'épisodes devenus mythiques, c'est le bonheur de la découverte qui domine. Et d'un coup frappe cette évidence : mais les décorateurs et chargés des props ont fait tout ça pour un objet qu'on ne verra qu'en habillage de plateau ?
Oui. Ils ont fait tout ça. Et c'est ce qui fait qu'on y croit à Battlestar Galactica : l'attention portée aux détails, tous ciselés.
Il est beau ce classeur ! Avec ses éraflures et griffures, sa peinture qui s'écaille. Il y a vécu dans le CIC, dans les mains des acteurs, sur son étagère.... Et ses beaux coins coupés !!

Nous imaginons aisément la mâchoire tomber au sol à l'ouverture en découvrant ça :


Des pages et des pages aux coins coupés aussi, toutes imprimées de l'emblème du Pegasus. TOUTES. Sans exception. Et du texte, pas n'importe lequel, pas des reprises de l'annuaire non, des spécifications techniques, des check-lists. Et un plan du CIC avec les attributions de postes ! La folie !


Une merveille ce classeur ! Vous trouverez toutes les autres photos du reste en cliquant ici.
À demain pour l'épisode : "c'est des malades j'vous dis, ils ont même rédigé le texte de propagande".
Repost 0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 19:52
Hopla, l'inauguration du blog du magasin ! Et en beauté ! Avec l'événement de l'année ! Du siècle même !

En 2009 se terminait la plus grande série de science-fiction de tous les temps : Battlestar Galactica. L'occasion pour Sci-Fi et NBC de confier à Propworx de la plus grande vente de props de tous les temps parce que Battlestar Galactica est la série de tous les superlatifs.  Sisi.

Du printemps jusqu'à l'été se sont déroulées des enchères hebdomadaires durant lesquelles les fans du monde entier ont pu s'offrir des morceaux de leur série préférée.
Des éléments de décor jusqu'aux costumes en passant par les concepts arts, les vaisseaux en taille réelle (et les cellules épithéliales de Eddie Olmos), chacun a pu trouver son bonheur.

Certains fans français ont eu la chance de remporter quelques uns de ces morceaux de l'histoire de la télévision et de la science-fiction en général.

C'est avec un immense plaisir et une aussi grande fierté qu'ils vous proposent une cinquantaine d'objets et de costumes originaux, uniques pour la plupart ou extrêmement rares, dans cette exposition accueillie par la boutique Imagin'ères (17 rue Sainte-Ursule à Toulouse). Du 1er août au 15 septembre, venez découvrir l’envers du décor de Battlestar Galactica !

Nous remercions La Sorcière, blogueuse de choc souvent copiée mais jamais égalée, pour ses captures d'écran de toute beauté. Grâce à elle, vous pourrez voir les objets resitués dans leur contexte afin de mieux les apprécier. Vous pouvez la retrouver sur son site : http://www.blogsorciere.com, n'hésitez pas à lui rendre visite !

 

Cette exposition est dédiée à Curtis et son équipe, qui ont fait en sorte que toutes ces merveilles arrivent saines et sauves en France mais aussi et surtout à Cécile, Marie, Stéphanie, Tristan, Thierry et Sophie pour le prêt de leurs collections personnelles, leur confiance totale et leur soutien.


Voici quelques photos pour les curieux, les indisponibles, les vacanciers, les au Nord de la Garonne !
Clic clic sur le link

                                   SO SAY WE ALL !



http://picasaweb.google.fr/ImagineresToulouse/ExpositionBattlestarGalacticaAImaginEres#
Repost 0