Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 11:50

          La semaine dernière fut celle de la révélation. Imaginez : il existe des séries télé qui ne sont pas anglaises ou américaines. Pinaise, le choc. Je suis allergique à la fiction française, la fiction en espagnol me laisse froide à part le prenant Epitafios alors qu'on m'annonce comme ça sans ménagement qu'il existe des séries télés au Japon et en Corée, ça m'a tuée.
J'étais perplexe. Bien que j'apprécie le cinéma extrême-oriental et surtout sa réalisation, j'ai tendance à trouver à ses acteurs le même défaut qu'aux acteurs français : ça sur-joue tout de même méchamment là-dedans. Et puis l'été est arrivé, avec lui la disette de séries américaines. Oh, il y a des choses hein True Blood, Persons Unknown, The Closer, Hung pour ne citer que les trois qui me rendent accro mais par rapport à l'orgie pendant l'année scolaire, ça laisse des blancs. Alors il fallait combler. Et puis lectrice assidue de blogs séries télés qui en parlent de plus en plus, il a fallu que je me fasse cette idée : je manquais de curiosité, c'est limite vexant alors je me suis lancée.

Je commence petit.... très très petit, je préviens d'avance. Pour arriver dans une zone inconnue, j'ai préféré attaquer le gros morceau par des séries adaptées de manga que j'ai lu (mais pas en entier). Y a de la daube de compet', très clairement. Mais c'est de la daube rafraîchissante et à l'heure où la canicule menace à nouveau, ça fait du bien, c'est un bon début (ouais, ça fait un peu la meuf qui se justifie comme elle peut de lire de la bitlit, du shojo ET regarder des séries bouses mais j'assume).
Trois premières saisons de séries avalées en une semaine et un constat pour les trois : tout ceci de ne se prend pas très au sérieux et c'est tant mieux ! Je vais faire dans l'ordre croissant préférence.

3) Otomen.
Adaptée du shojo manga (manga pour les filles) édité
par Akata/Delcourt en France et ici sa fiche sur serieslive.
En deux mots, Asuka est un symbole de virilité pour son école mais il cache un lourd secret : il aime les trucs de filles comme le rose, les bonbons et les peluches qu'il fabrique lui-même avec ses petits doigts musclés. La tehon quoi. Évidemment, il tombe amoureux de la jolie Ryô, garçon manqué.
C'est une petite comédie fleur bleue, intégrant poncifs du genre qui donne parfois envie de se suicider tellement c'est niais. Mais il y a des purs moments de rigolades avec dans mon top ten de la barre de rire, la découverte dans le premier épisode que le père d'Asuka a toujours voulu être une femme et qu'il se tire avec un autre homme. La réaction de la mère qui nous fait un vieil arrêt cardiaque est d'une connerie absolue.
http://img202.imageshack.us/img202/9650/vlcsnap113246.pnghttp://img138.imageshack.us/img138/5669/vlcsnap113343.png
Les tergiversations en monologue intérieur d'Asuka constituent de bons moments de rigolade quand il se bat à l'intérieur de lui-même pour ne pas faire un bon gâteau.

http://img22.imageshack.us/img22/6164/vlcsnap113913.png

Le ressort comique récurrent étant les situations débiles et les quiproquo que génère l'ambivalence d'Asuka.
Honnêtement, ce n'est pas terrible mais ça constitue un bon fond sonore.

2) Hana Yori Dango
Adaptée du shojo fleuve édité par Glénat en France et par ici pour la fiche de Serieslive.
Autant Otomen, j'ai lu trois volumes un soir de désoeuvrement et j'ai abandonné ensuite, autant Hana Yori Dango, j'avais perservéré sur presque vingt volumes (sur 37 parus). Ouais, j'suis tarte et quiche, j'aime bien les shojos, on va pas y passer deux heures merci ! Quand j'ai vu cette adaptation dans la liste, je me suis jetée dessus. Il paraît qu'il existe une version coréenne aussi mais mon masochisme a ses limites.
En deux mots : l'héroïne Tsukushi (ça veut dire la mauvaise herbe) est une pouilleuse suivant les critères du lycée qu'elle fréquente, réservé à l'élite de la nation, blindé de gosses d'ultra riches prétentieux et très très cons.
http://img208.imageshack.us/img208/5243/vlcsnap182019.png
Le lycée est dirigé d'une main de fer par un groupe de 4 gossbo qui génèrent des gloussements de dindes sur leur passage, le F4.
http://img29.imageshack.us/img29/5194/vlcsnap184466.pngSon chef est un neuneu fini, un peu hargneux et très prétentieux, suivi de près par le gentil riche un peu Edward Cullen sur les bords. Tsutsu (c'est le ptit nom que je lui donne) se met à dos le F4 en s'élevant contre l'injustice tout ça tout ça. Elle kiffe grave Edward Cullen mais c'est Tsukasa, le chef neuneu, qui va tomber amoureux d'elle et tenter de la conquérir à sa façon euh... personnelle constituée d'insultes régulières et des cadeaux complètement disproportionnés (mention spéciale au téléphone en or avec la sonnerie de la marche de Vader). Il faut voir toutes leurs tenues pour le croire, opération blingbling à tous les étages, le roi Heenok réclame sa camelote les gars, faut rendre au monsieur les chaussures blanches.

Triangle amoureux, Ijime (harcèlement moral effectué sur des étudiants par des étudiants), répartition des richesses au Japon, ascension sociale, problème du chômage et la misère, Hana Yori Dango c'est à la fois très idiot et très sérieux. Mais surtout idiot, ne nous y trompons pas.

Et ben ça passe tout seul comme série et je me surprends à chercher la deuxième saison un peu frénétiquement. La grande force du truc c'est le casting. La petite Inoue Mao est parfaite dans son rôle de jeune fille courageuse, souriante et colérique ; Matsumoto Jun (apparemment, c'est une star, évidemment je ne le connais pas) et très marrant dans son rôle de crétin au grand coeur bien caché sous ses pompes ridicules et coûteuses. La famille de Tsutsu est très touchante dans son genre, tous unis derrière leur petite fille pour laquelle ils sacrifient tout, y compris la bouffe au quotidien.
http://img197.imageshack.us/img197/8381/vlcsnap181474.pngJe me suis même surprise à hurler à l'écran "mais vazy pauvre idiote, tu vois bien qu'il t'aime ce grand couillon" ce qui est signe que je suis atteinte de trufferie aigue.

1) Liar Game
Une nouvelle série (12 tomes au Japon) éditée par Tonkam à la fin de la semaine. La fiche serieslive, c'est par ici.
On est pas du tout dans le même genre que les deux précédentes. Ici, c'est le suspens qui prime, a priori (je dis a priori parce que j'en suis qu'au 7), il n'y a pas de romance du tout là-dedans. Je n'ai pas lu le manga mais à vu de nez, ça sent bon l'oeuvre ultra bavarde à la Death Note où chaque face-à-face est dépecé pendant soixante-dix pages.
http://img580.imageshack.us/img580/5094/vlcsnap139564.pngEn deux mots : Nao, elle est grave concon. Mais alors bien comme il faut et pas que sur les bords. Elle est brave quoi, trop honnête pour son propre bien comme ils disent dans la série. A côté de Nao, Sookie c'est Thatcher, c'est pour vous dire.
http://img42.imageshack.us/img42/2660/vlcsnap139725.pnghttp://img268.imageshack.us/img268/2184/vlcsnap139885.png...
...

...


Un jour, elle se retrouve entraînée dans le Liar Game. Le but du jeu : conserver 100 millions de yens pendant 30 jours, face à un adversaire qui possède la même somme. Si tu arrives à gagner les 100 millions de ton adversaire, tu les gardes mais tu rends tes propres 100 millions au Secrétariat du Liar Game. Si ton adversaire te vole tes 100 millions, tu dois alors les rembourser au Secrétariat et peu importe comment. En gros, à la fin, soit tu gagnes 100 millions, soit tu dois 100 millions. En somme, c'est mieux de gagner.

Évidemment, Nao qui est un trop con comme on l'a déjà dit, perd d'entrée de jeu ses 100 millions au profit d'un de ses vieux prof qui la connaît trop bien pour ne pas en profiter. Désespérée, elle fait alors appel à Akiyama, brillant esprit et escroc. Commence alors la partie d'échec pour récupérer les 200 millions, à base de psychologie, de mathématiques et de coups foireux. Ça réfléchit sévèrement dans Liar Game. Il vaut mieux être attentif à l'énoncé des règles plus compliquées qu'une épreuve de Survivor. Heureusement, à la réalisation ça assure : ils ont prévus des petits encarts animés pour expliquer les mouvements de uns et des autres. On est très vite pris dans le jeu de dupes, on se surprend à faire pause pour effectuer des calculs ou réfléchir à la situation avant sa résolution. C'est épatant.

En revanche, il ne faut pas être allergique à un tas de choses. Liar Game, c'est une série fascinante que tu n'as pas envie de lâcher une seule seconde malgré ET à cause :
- des personnages avec des têtes pas possibles.
http://img35.imageshack.us/img35/9035/vlcsnap141549.pnghttp://img514.imageshack.us/img514/8307/vlcsnap142679.pnghttp://img51.imageshack.us/img51/3702/vlcsnap143055.pnghttp://img205.imageshack.us/img205/1903/vlcsnap143143.png

- Des filtres qui donnent des couleurs très bizarres et flashouilles.
http://img689.imageshack.us/img689/4215/vlcsnap149747.pnghttp://img291.imageshack.us/img291/8371/vlcsnap150702.pnghttp://img337.imageshack.us/img337/8712/vlcsnap151525.png

- De l'electro qui brûle les oreilles.


- Des héros à baffer de caricatures mais qui forment un bel équilibre au final. Comment il est trop trop maling Akiyama et comment elle est trop trop bête Nounouille !
http://img823.imageshack.us/img823/5931/vlcsnap149152.pnghttp://img8.imageshack.us/img8/3694/vlcsnap140831.png

Le tout donne un assemblage hétéroclite de comédie et de suspens haletant.

Très étrange Liar Game... comme un peu tout ce qui m'est tombé sous les yeux cette semaine. Par exemple, cette adaptation du manga qui sent bon la vinasse Les Gouttes de Dieu et qui reprend assez fidèlement son fonctionnement : ils boivent un coup et on voit littéralement ce qu'évoque le vin à l'écran.
En somme, il n'y a pas que des trucs marrants et qui détendent. Il y a aussi du lourd, du beau et du très sérieux où se mélangent la poésie et la passion, la détresse, la sociologie ou le thriller. Des trucs sublimes ou intrigants comme Mother, Dousoukai ou encore Bloody Monday pour les amateurs d'espionnage. Nous en parlerons sur ce blog peut-être plus tard.
Bref, tout ça pour dire qu'au final, c'est une chouette et trop tardive découverte. C'est comme partout, il y a du Saved by the Bell mais il y a aussi du Lost. Ce serait dommage de se priver sous prétexte qu'ils ne parlent pas anglais !
Pour finir, la Japan Expo vous permettra d'en savoir plus : un coup de projo sera fait sur quelques séries coréennes. Dans le tas, une ou deux me bottent bien, ce sera l'occasion !

Partager cet article

Repost 0
Published by Popo - dans Made in Japan
commenter cet article

commentaires