Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 08:56
Cet article contiendra des spoilers SI J'VEUX ! NA !

Qu'y-a-t'il de plus important dans Battlestar Galactica que la politique ?
Si tu réponds les batailles dans l'espace et Boomer ou Six à oilp une scène sur deux, c'est qu'on a pas le même sens des priorités, Public.
Et quel est le plus important en politique dans Battlestar Galactica, le nerf de cette guerre de moins en moins larvée entre leaders ?
Et bien comme chez nous : le secret, c'est la communication. Si tu parles bien à ton Public, Public, il te mangera dans la main, il fera tout ce que tu veux, y compris t'installer sur une planète pourrave ou te suivre à la recherche d'une Terre promise. Si un jour tu tentes de remplacer Nicolas, tu te rappelleras de ce bon conseil et tu m'offriras un poste de conseiller à l'Elysée et mon génie sera enfin reconnu nationalement, ce qui ne sera que justice.

On a déjà vu le prospectus des hippies de la flotte, nous n'y reviendrons pas, on a inventé le clic sur lien pour ça !
Ce mouvement  s'appuie aussi sur une autre rébellion, celle du droit à l'avortement.
Ah, tu ne te rappelles pas de ça Partie Masculine du Public parce que ça ne t'a pas atteint à l'intérieur de toi. Mais nous, les Filles du Public, nous rappelons disctinctement le moment où Roslin interdit désormais d'avorter aux femelles de la flotte, sous prétexte de survie de l'espèce. C'est dans l'épisode 217, The Captain's Hand. S'il est aussi vif dans notre esprit, c'est que c'est aussi la première d'une longue série de mesures liberticides prises au nom du bien de l'humanité par Tata Roro et Pépé Adama.
Comme Gina Inviere, la Six sublime leader de la rébellion pacifiste de la flotte, est loin d'être une sotte, elle a aussi compris qu'un slogan catchy, c'est mieux si les gens peuvent en profiter. Quel meilleur support sous le manteau qu'un prospectus ? Le papier, ça tient chaud l'hiver.
Bon, c'eut été sans doute mieux s'il n'y avait pas eu une mega grosse faute mais le freedom to chioce est désormais collector ! La colère rendant aveugle (ou étant sourde, au choix) on peut comprendre que la relecture ait des ratés.

On trouve ce flyer dans l'épisode 218 mais bizarrement, je suis certaine que tu retiendras mieux son apparition répétée dans l'épisode 220, Lay Down Your Burdens, Part 2 par exemple pendant une discussion entre Zarek et Baltar. Oui, ce ptit fourbichounet de Baltar utilise l'impopularité de cette mesure pour appuyer une partie de sa campagne. Quel coquinou !
Pourquoi tu retiendras mieux Public ?
Parce que Six.
Ouais, je sais. Là, je ne peux pas lutter contre ta nature profonde Public. Elle est belle Tricia Helfer, tu ne peux rien faire, c'est comme ça. Comme disait David Eick (de mémoire), elle rend idiot sles hommes. Et ben Public, sache qu'elle rend aussi les femmes idiotes. *soupir*

Une fois gagnée l'élection grâce à l'aide de Six et surtout de la lassitude de la flotte, avant de se  surrender on behalf of the people of the 12 Colonies, Baltar fête l'installation et son élection. En guise d'invitation à la petite sauterie pour fêter les travaux de sa nouvelle maison, les nouveaux occupants de New Caprica (je redonde là non ?) reçoivent un petit flyer bleu teint grâce au sang des Schtroumpfs que la Flotte retient prisonniers depuis la Chute à cet usage. (WTF is she talking about ?)
Capture de la Sorcière pour l'expo, tirée de l'épisode 309, Unfinished Business.

Comme d'habituuuuuudeuh, les coins sont coupés. Très chouette aussi le plan prévisionnel en fond pour la nouvelle Caprica City (on remarquera qu'ils ne se foulent pas trop trop les coloniaux). Leur optimisme faisait plaisir à voir. L'avenir s'anonçait radieux tout ça tout ça. On sait comment se termine l'affaire, c'est pas de bol, jamais nous ne verrons le palais de Baltar tout monté. Quelle déception. Pffff...

Ca le dépite aussi Baltarounet vu qu'après ça, il quitte la politique pour le rôle beaucoup plus lucratif de gourou leader spirituel et guide d'une troupe de femmes gentilles hein, mais un peu concons. Alors là, attention Mignon Public, il arrive le mega gros spoiler de la saison 4. Ne lis pas si tu ne veux pas savoir.


Après la révélation que la Terre promise n'est qu'un tas de cendre radioactif totalement inhabitable, Baltar perd un peu la foi et décide que la chanson  c'est l'avenir (412, A disquiet follows my soul).

Comme ça marche pas top pour lui vu que Gaeta lui pique sa place de mec qui a une belle voix, il se dit que les sermons radiophoniques c'est mieux.
Back to the fondamentaux, pour être certain qu'on l'écoute, il fait la pub de son émission grâce à des flyers publicitaires.
C'est un peu prétentieux mais la modestie n'est pas le plus gros défaut de Gaius Baltar.
Sur le côté : Caps de Dizie pour l'exposition. Merci Diziiiiiiiiie !

Sur papier glacé, le Baltar de la saison 1 se détache. Un regard profond et souriant caché par le petit rictus prétentieux et suffisant, c'est notre Baltar comme on l'aime, sûr de lui et de son pouvoir de séduction. *glousse glousse*

Et au verso, cette déclaration ambitieuse : Seeking Freedom and meaning, fighting ignorance and fear.
Chercher la liberté et quêter du sens, c'est beau, surtout sur fond de mouette, en anglais "gull". Le podcast de Daybreak, part II, nous apprend que c'est un acronyme pour "grace, unity, life, and love". C'est beau nan ?
Nan ?
Mais qu'as-tu fait de tes instincts poètes Public ?
Triste je suis comme dirait Yoda.

Ces mouettes, tu les trouveras partout dans la tanière de Gaius et ses suiveuses, jusqu'au dessus de son lit. Chacun sa marotte hein, pour s'occuper, il y en a qui aiment le macramé, et ben les Baltarettes, c'est la peinture de mouettes. Ne juge pas Public, ça aurait pu être des ours polaires ou des monstres fumeux et là, on se serait posé des questions.


Si tu veux voir en plus grand tout ça, suis le guide, Public Spirituel ! (hahaha, fiou, c'est dimanche hein)
A la relecture (car oui Public, je me relis pour éviter les trop grosses fautes), je me rends compte que celui qui communique c'est Baltar. C'est fou comme ce type qui entend des voix dans sa tête éprouve le besoin de faire entendre plus fort la sienne !

Partager cet article

Repost 0

commentaires